- Interview : 01 septembre 2009

J'ai 51 ans, marié depuis 31 ans à une femme merveilleuse. Je travaille comme ingénieur naval, et mon travail m'a emmené dans beaucoup d'endroits à travers le monde. 

 

 

 

En 1989, j'ai eu le grand plaisir de vivre et travailler à Paris comme représentant de l'ambassade des Etats-Unis "en prêt" pour le ministère français de la Défense. Cette expérience a cimenté mon amour pour la culture française, qui s'est poursuivi depuis. 

Bien que nous considérions la côte Pacifique des Etats-Unis comme notre «chez soi» nous n'y vivons pas très souvent. À l'heure actuelle  nous vivons à la Nouvelle-Orléans - une autre culture très française ! (S'il vous plaît venez visiter- nous avons beaucoup de visiteurs français et la langue française est bien comprise ici, par rapport au reste des États-Unis.) 

Quel style de jupes portez-vous ?

J'ai commencé, comme beaucoup d'hommes, avec une serviette roulée autour de ma taille après la douche. Ensuite, pour rigoler, j'ai enfilé une jupe de ma femme avec la taille élastique - éclat de rire général de ma famille.

Au début mes sorties publiques en jupe étaient réduites au kilt, parce que ceux-ci sont  "acceptables". Mais j'ai lentement (cela fait 4 ans) pris mon courage à 2 mains, et maintenant je sors dans une large gamme de jupes. Les jours d'été chauds j'aime une jupe légère au niveau des genoux. En hiver, j'aime commencer une froide matinée avec une jupe arrivant au bas des pieds en laine que je puisse enrouler autour de mes chevilles.

J'ai flâné dans les rues de Norvège en jupe, j'ai erré sur les plages de Madagascar en sarong.

Où portez-vous des jupes ?

Cela a commencé  dans la maison seulement. Puis j'ai osé sortir pour ramasser le courrier en jupe. Puis j'ai osé porter une jupe très conservatrice à une réunion avec des amis. Puis, à une épicerie. Puis un kilt au bureau. 

Maintenant, à propos du seul endroit où je ne porte pas régulièrement de jupe est en tant que professeur d'université. Je reste davantage «conservateur» ici  pour la plupart du trimestre, pour éviter de distraire les étudiants. Je  porte une jupe à l'école vers la moitié du trimestre, comme un moyen de sortir de l'ennui - pour eux et pour moi. 

Quelle a été la réaction de votre entourage ?

Mon métier est d'être un innovateur. Je suis respecté et recruté spécifiquement pour ma capacité à concevoir des solutions inhabituelles à des problèmes. C'est pourquoi la plupart des gens qui me connaissent prennent  la jupe comme étant tout à fait logique pour moi. J'ai eu à travailler soigneusement avec ma femme et mes enfants pour faire en sorte que je porte des ensembles qui ressemblent à "un homme qui choisit de porter une jupe" au lieu du " plus laid crossdresser que j'ai jamais vu" (j'ai une moustache).

Selon vous, quel style un homme doit avoir pour que son port de la jupe soit mieux accepté ?

Il y a un jeune d'une vingtaine d'années dans mon quartier qui porte des jupes roses à motifs floraux et se balade en Vespa, et il ressemble à un homme. Ce n'est pas la jupe qui fait la distinction, c'est en quelque sorte «le tout». Cela se voit dans ta façon d'être, comment tu marches, etc 

Maintenant,  cela dit je  dispose d'un guide pratique d'ingénierie : un article. Essayez de porter un seul élément du rayon "femmes" d'une boutique. Si vous portez une jupe, assortissez là avec une paire de chaussures pour hommes. Si vous portez des ongles peints et des sandales, alors je suggère le pantalon. D'une certaine façon les gens vont prendre ça et voir un article «hors sujet» et ils l'acceptent en tant qu'individualisme, ou comme une expérience, ou ainsi de suite. Trop de ces éléments sont susceptibles d'être assimilés à du fétichisme.