Interview : 23 octobre 2009

Le 17 août dernier, je me mariais. Un jour magnifique, émouvant, magique ... mais, au fond, n'est-ce pas forcément le cas pour tous ceux qui se disent oui ? Le jour du mariage n’est-il pas, systématiquement, un jour de joie intense ? Peut-être est-ce justement pour ne pas poser nos pas dans les traces des autres, que nous avons voulu faire de notre mariage un jour particulier, un instant unique où chaque détail aura été intériorisé, réfléchi, ressenti avant d'être exprimé à notre façon. Ainsi donc, nous avons, par exemple, décidé de nous dire "oui" dans le plus grand secret. Personne de notre entourage n'était au courant. De cette façon, nous pouvions savourer ce moment sans aucune contrainte ni obligation. Le secret est un confortable écrin pour ceux qui s’aiment … 

 

 

 

Mais ce besoin d’originalité nous a également poussés à nous interroger sur chaque petit détail. Nos tenues n’ont donc pas dérogé à la règle. Alors que ma fiancée avait opté pour une magnifique robe importée d’Asie, j’ai choisi de me marier en jupe. Il s’agit d’une longue jupe en lin naturel. Une coupe très classique et élégante que je dois à Anders Landinger. Le plus difficile fut de trouver le reste de la tenue car il n’existe pas vraiment de code, pas vraiment de repères en la matière. J’ai cherché des exemples sur internet mais en vain. Il m’a donc fallu inventer la tenue complète autour de cette jupe. Finalement, j’ai trouvé une chemise et un veston (que j’ai dû faire retoucher) relativement classiques afin de trancher avec la fantaisie du port de la jupe. J’ai également eu la chance de tomber sur une très bonne boutique de chaussures ou j’ai pu trouver un modèle original et en parfaite harmonie avec le reste. Finalement, une bonne demi-journée aura suffi pour composer l’ensemble. 

Ce qui m’a beaucoup plu durant mes recherches, c’est l’accueil des différentes vendeuses auxquelles j’ai eu affaire. A chaque fois qu’elles ont découvert mon envie de me marier en jupe, elles s’enthousiasmaient à grands coups de « c’est génial ! », « vous avez bien raison », … L’une d’entre elles m’a même demandé le nom du site sur lequel j’ai trouvé cette jupe afin d’en commander une pour son mari. Mon expérience d’homme en jupe m’a d’ailleurs appris que, très souvent, les femmes adorent l’idée qu’un homme s’habille de façon originale. Alors que les hommes sont encore enfermés dans des murs immenses de complexes et de réflexes rétrogrades en guise de pensées, les femmes laissent s’exprimer librement leurs ressentis et, quand elles aiment quelque chose, elles oublient complétement les habitudes et les codes établis. Bien sûr, de plus en plus d’hommes font de même … mais le chemin est encore long. 

Ma jupe de mariage n’était pas ma première jupe. J’en avais déjà une depuis quelques mois. Il s’agit d’une jupe noire … très timidement gothique. Non pas que je sois gothique mais simplement parce que, pour l’instant, on ne trouve guère de jupe en dehors de ce mouvement à l’esthétique très soignée et travaillée. Rares sont les boutiques qui proposent des tenues originales pour homme et il faut donc se rabattre sur des mouvements marginaux. 

J’ai la chance d’avoir une compagne géniale. Quand je lui ai dit que je voulais tenter l’expérience de la jupe, elle m’a tout de suite soutenu avec une énergie très stimulante. Elle s’est tout de suite impliquée dans cette folie et m’a conseillé plus d’une fois. Finalement, elle a réussi à faire s’écrouler la petite crainte que j’avais et qui m’empêchait un peu de franchir le pas. Merci à elle. 

Ce qui m’a amené à la jupe, c’est une démarche globale qui vise à ne rien admettre juste pour faire comme tout le monde. Je m’étais trop longtemps inscrit dans une pensée collective et dénuée de toute réflexion … de toute intériorisation réfléchie de ce que l’on fait et de ce que l’on porte. Les hommes portent des pantalons, c’est comme ça. J’ai eu envie de demander « pourquoi ? » et de chercher la réponse par le contre-exemple. Ce « pourquoi ? » passif est devenu un « pourquoi pas ? » actif et à contre-courant. Je me suis mis à réfléchir sur chaque vêtement à commencer par les sous-vêtements. La mode masculine est trop souvent terne et banale. On commence seulement à voir des articles originaux garnir les rayons des boutiques. Mais cela est encore relativement sage. J’ai donc cherché sur le net, fouillé dans les forums de discussion, parcouru des dizaines de sites de vente en ligne pour, finalement, trouver quelques articles originaux et à mon goût. Parallèlement à cette recherche de sous-vêtements, je me suis intéressé au reste de ma garde-robe. C’est ainsi que je me suis questionné sur la jupe. Mais pas question de tomber dans le travers du « copié », je voulais vraiment trouver le style qui me plaisait. J’ai donc pris le temps et regardé beaucoup de modèles avant de choisir ceux qui sont à présent à côté des pantalons dans ma garde-robe. 

La première fois que j’ai porté une jupe, ça s’est très bien passé. Je me suis tout de suite senti bien. Le fait de porter quelque chose d’original confère une certaine assurance, une confiance en soi. L’habit ne fait sans doute pas le moine mais il l’aide quand-même bien à s’inscrire dans la société comme personnalité assumée. Ainsi, le vêtement, à mon sens, est un langage fort, c’est une déclaration de ce que l’on est, une affirmation de ce que l’on aime. De là, bien sûr, il faut être conscient qu’on va attirer les regards. On va même attirer toute sorte de regards. Certains seront intrigués, d’autres moqueurs, d’autres encore admiratifs. Mais, dans tous les cas, on ne laisse pas indifférent quand on porte une tenue qui sort des habitudes. Il arrive parfois que certains regards me pèsent … particulièrement les regards qui ne sont pas assumés. En effet, je n’ai pas de problème avec le fait qu’on me regarde. On peut même m’aborder dans la rue pour me poser des questions ou juste pour donner son avis sur ce que je porte, même si cet avis ne va pas dans mon sens. Par contre, ce qui me dérange, c’est quand le regard est fait à la dérobée, quand il fuit dès lors qu’il croise le mien ou quand il est agressif. Donc, à tous ceux qui liront ces quelques lignes, assumez ce que vous pensez. Soyez francs et en phase avec ce que vous ressentez. Celui qui porte une tenue originale sait qu’il va attirer les regards et provoquer des réactions très diverses, alors ne les cachez pas. 

Assumer son originalité n’est pas toujours chose aisée. Ainsi, les premières fois ou j’ai confronté mes nouvelles tenues au regard des autres, c’était dans des endroits où j’étais sûr de ne croiser personne de mon entourage proche. Sans doute est-il plus facile d’admettre l’excentricité d’une personne qu’on voit pour la première fois que d’admettre le changement radical de quelqu’un qu’on connaît bien. Dès lors, j’avais peur des réactions, peur d’être mal jugé par des personnes que j’apprécie. Aujourd’hui encore j’ai cette crainte mais de plus en plus de personnes de mon entourage sont au courant et ça se passe très bien. 

J’ai prévu de m’acheter et de me faire faire d’autres jupes dans un avenir proche. Il m’est difficile de les porter au travail (je suis souvent en consultance chez des clients et je ne voudrais pas que ma tenue soit la seule chose qu’on retienne de mes interventions) mais j’en porte et en porterai de plus en plus régulièrement. Par goût, avant tout, mais aussi parce que c’est gai de provoquer … de faire réagir les autres et de se sentir différent. Et puis, tant que ma femme me regardera avec des grands yeux émerveillés et séduits quand elle me voit en jupe, je ne cesserai pas d’en porter. J’espère juste que, les esprits changeant, le choix va grandir et les prix se démocratiser.